Géologie, volcanologie et lithogéochimie des formations Val-d'Or et Héva, district de Val-d'Or, sous-province de l'Abitibi

Pierre Pilote (MRN), Wulf Mueller (UQAC), James Moorhead (MRN), Craig Scott et Sébastien Lavoie (UQAC)

Résumé

La phase 3 de cette étude a consisté en une revision de la stratigraphie et de la volcanologie physique des Formations Val-d'Or (FVO) et Héva (FH), comprises dans la zone volcanique sud de la Sous-province archéenne de l'Abitibi. La FVO est l'hôte de plusieurs importants gisements de sulfures massifs volcanogènes (SMV), dont celui de Louvicourt. Cette étude consiste en un partenariat entre le MRN, plusieurs compagnies minières et le milieu universitaire. Des questions importantes à résoudre sont, entre autres, la signature géochimique des cycles volcaniques, leur nombre et étendue, et la position stratigraphique occupée par les gîtes de SMV.

Les travaux de cet été ont consisté en une cartographie sélective de secteurs précis, dans le but d'y reconnaître l'environnement volcanique et d'établir des corrélations autour des gisements connus. Les régions cartographiées se situent (1) entre le gîte Louvicourt et la partie SE du pluton de Bevcon, (2) celle entourant la mine Akasaba (FH), et (3) le secteur contenant le gîte de SMV de East Sullivan (FVO).

Les aspects volcanologiques et la signature géochimique des ensembles FVO-FH sont très variables selon les localités. Les suites géochimiques reconnues, établies à partir de ratios Zr/Y, permettent de distinguer au moins 3 grands ensembles: celui de la mine Louvicourt à la base de la FVO (ratio Zr/Y de 6,0 à 7,0), la partie supérieure de la FVO (ratio Zr/Y de 7,0 à 7,5), et la FH (ratio Zr/Y de 3,0 à 4,5). La géochimie à l'intérieure de la FVO varie ainsi de transitionnelle à calco-alcaline, pour finalement Ítre surmontée par un cycle tholéiitique (FH). Ces observations sont interprétées à ce stade-ci comme indiquant la présence d'au moins 2 à 3 cycles volcaniques distincts et solidaires.

Le gîte de East Sullivan (16,8 Mt @ 1,023 % Cu, 0,695 % Zn et 0,329 g/t Au), situé près du sommet présumé de la FVO, comprenait une vingtaine de lentilles de Cu-Zn de teneurs variables. Les lithologies encaissantes sont constituées du nord au sud, soit par ordre stratigraphique, de séquences de plusieurs centaines de mètres d'épaisseur de tufs à lapillis et à blocs de composition mafique à intermédiaire, de rhyolites massives à bréchiques et d'horizons volcanoclastiques allant de tufs fins, à lapillis et/ou à blocs partiellement silicifiés. Ces derniers horizons semblent contenir la plus grande part de la minéralisation. Le gisement est recoupé par 2 failles importantes d'orientation N060o/80o, subparallèles à la stratigraphie, et est aussi tronqué par de nombreux dykes d'âges variés.

Les résultats préliminaires de nos travaux suggèrent que la FVO se compose de quelques complexes volcaniques mafi-ques-felsiques plus ou moins synchrones mais géochimiquement distincts et cartographiables régionalement. Ceux-ci offrent un potentiel minéral variable, selon la volcanologie physique locale et les altérations développées. Ces éléments suggèrent que les gisements de SMV de cette région n'occupent pas un même niveau stratigraphique. Ces gîtes doivent leur existence à la juxtaposition locale d'un ensemble de conditions favorables. La compréhension de ces conditions devrait permettre de mieux orienter l'exploration minérale dans ce district.

© Gouvernement du Québec, 1997