Contexte géologique de la mine East-Sullivan, région de Val-d'Or, Sous-province de l'Abitibi

Sébastien Lavoie (UQAC), Pierre Pilote (Géologie Québec), Wulf Mueller (UQAC)

Résumé

La Formation de Val-d'Or, composée d'un assemblage de roches volcano-sédimentaires tholéiitiques à calco-alcalines, comprise dans la zone volcanique sud de la sous-Province de l'Abitibi, est l'hôte de plusieurs gisements de sulfures massifs volcanogènes, incluant celui de East-Sullivan (16,5 Mt @ 1,03% Cu, 0,70% Zn et 0,329 g/t Au).

La séquence stratigraphique contenant le gîte de SMV forme un empilement homoclinal à polarité sud. La séquence de East-Sullivan se compose, dans l'ordre stratigraphique, de matériel volcanoclastique mafique à intermédiaire (>1 km), de coulées massives de composition intermédiaire à felsique (500 m), de laves coussinées intermédiaires (25 m) et de tufs fins felsiques (75 m). Les tufs fins sont recouvert par une unité de laves intermédiaires massives qui scelle le système. À l'est, le pluton monzonitique de East-Sullivan (2684 +/-1 Ma) recoupe la minéralisation, au sud le gisement est tronqué par une série de dykes dioritiques porphyriques. Selon les informations disponibles, la minéralisation était présente dans un réseau de stockwerk associé à une fracturation et au remplacement de l'unité tufacée. Le minerai était dispersé dans une vingtaine de lentilles présentant des compositions légèrement différentes, ces variations permettant d'observer une zonation du zinc dans le gisement. Les lentilles de zinc sont concentrées à la base stratigraphique au nord du gisement. Elles sont discordantes avec les unités lithologiques locales alors que les lentilles de cuivre-zinc semblent être sub-concordantes aux unités felsiques. Le gisement est aussi recoupé par deux réseaux de failles à pendage SE et SW.

L'altération hydrothermale entourant le gisement est caractérisée par la présence de séricite et de chlorite. Une auréole de 500 m localisée aux marges du pluton East-Sullivan, qui englobe le site de la mine, montre un métamorphisme au grade amphibolite et une altération dominée par l'épidote. L'absence de zone lessivée en alcalins aux environs de la mine laisse supposer que la cheminée d'altération est, située soit en profondeur, soit détruite par la mise en place du pluton.

La cartographie de surface a permis de mettre à jour un assemblage de tufs fins, de tufs à lapilli à fragments vésiculaires et de lobes rhyolitiques massifs qui semble être l'extension latérale du gisement. Ces lobes felsiques surmontent un petit horizon de brèche de coussins de composition intermédiaire, aligné avec la base du gisement. Ces niveaux stratigraphique peuvent se suivre sur plus d'un kilomètre à l'ouest du gîte. Cependant dans leur extension distale les tufs felsiques remaniés sont progressivement remplacés par des niveaux de mudstone. La compilation des données de la mine indique la présence d'un haut topographique, ou dôme rhyolitique, ayant servi à focaliser la minéralisation. Plus de 60% du minerai exploité se serait accumulé dans une dépression comblée principalement par du matériel volcaniclastique et située à la base de cette petite construction volcanique.

© Gouvernement du Québec, 2001


Document complet disponible sur le site web du MRN. Accéder au document sur GESTIM.