Géologie de la Mine East-Sullivan, Abitibi-Est, Val-d'Or, Québec

CHAPITRE II CARACTÉRISATION VOLCANOLOGIQUE ET PÉTROGRAPHIQUE DES UNITÉS LITHOLOGIQUES PRÉSENTES DANS LE SECTEUR À L'ÉTUDE

2.1 INTRODUCTION

Pour bien comprendre le contexte de mise en place de l'altération et de la minéralisation dans les unités lithologiques du secteur à l'étude, ce chapitre sera consacré à la description pétrographique mégascopique et microscopique ainsi qu'à la description des structures et textures volcanologiques de ces unités lithologiques. Les roches de la séquence volcano-sédimentaire encaissante seront traitées individuellement (figure 1.6), alors que les roches intrusives tardives seront présentées sommairement. Les roches volcaniques sont séparées en 4 types d'unités principales selon leurs diverses textures et structures volcaniques et selon leur composition apparente sur le terrain. Ces quatre types sont : les volcanoclastites de la Formation de Val-d'Or, les coulées felsiques, les coulées intermédiaires et les volcanoclastites de East-Sullivan. Un résumé des principales caractéristiques de chacune des unités encaissantes est présenté au tableau 2.1.

Tableau 2.1 : Synthèse des caractéristiques des unités lithologiques de la séquence stratigraphique de la mine East-Sullivan.

2.2 LES VOLCANOCLASTITES DE LA FORMATION DE VAL-D'OR

L'unité de matériel volcanoclastique, qui forme la base de la séquence (figure 1.6), est caractéristique de la Formation de Val-d'Or (Simard 1991; Scott et al. 1999) dans sa partie ouest. L'ensemble est constitué de lits amalgamés en unités de 5 à 40 m d'épaisseur et composé de tufs, de tufs à lapilli et de tufs à blocs. Les différents lits montrent des variations latérales et verticales de leurs textures allant de coussinés, bréchiques et finement lités. L'orientation moyenne du litage au niveau de la séquence de la mine East-Sullivan est de 062°N et la schistosité est orientée 075°N. Les roches, généralement de couleur verdâtre, sont composées de tufs à blocs avec des fragments peu déformés flottant dans une matrice de tufs grossiers à cristaux de feldspath. Les fragments mesurent de 1 à 40 cm; ils sont sub-anguleux à sub-arrondis et étirés selon la schistosité. Le niveau de déformation est de plus en plus important vers la zone de cisaillement qui contient le gîte aurifère de Aumaque, situé un kilomètre au nord de la mine East-Sullivan. Les fragments sont vésiculaires (0-40%) et contiennent communément des phénocristaux de hornblende (5%) et de feldspath (<5%) (planche 2.1a). Cette unité présente par endroits un litage très bien défini (10 à 150 cm) et parfois des petits niveaux de laves coussinées intercalées (<3m). Il y a des unités volcaniques équivalentes à ces volcanoclastites à hornblende qui sont visibles jusque dans le territoire de la ville de Val-d'Or. À l'Ouest du gisement, dans l'extension latérale de l'unité de matériel volcanoclastique (figure 1.4) les unités lithologiques deviennent plus massives, sans stratification et sans granoclassement. De composition intermédiaire, ces volcanoclastites sont par endroits partiellement ou complètement dépourvues de matrice. Les fragments, de la taille du lapilli à celle du bloc, sont partiellement arrondis et se supportent (planche 2.1b).

Planche 2.1 : Volcanoclastites de la Formation de Val-d'Or.

La première occurrence de volcanisme felsique dans la séquence stratigraphique de la mine East-Sullivan, nommée ici " l'édifice felsique inférieur ", est située dans l'unité de roches volcanoclastiques de la Formation de Val-d'Or. Un petit édifice felsique partiellement mesurable de 30 m de haut par 50 m de large, constitué de lobes felsiques métriques mal définis, de dykes et de volcanoclastites peu ou non remaniés, est situé à environ 500 m dans la stratigraphie sous le gisement et observable à l'affleurement 97-SL-1020 (figure 1.2). Les lobes felsiques sont aphanitiques et ne montrent aucune texture volcanique particulière. Ces lobes felsiques massifs sont fortement diaclasés, recoupent et sont eux aussi recoupés par des dykes mafiques (planche 2.2a).

Une série de volcanoclastites intermédiaires à felsiques, de la taille des tufs grossiers et exceptionnellement de celle des tufs à lapilli, est associée à l'édifice de lobes felsiques. Ces tufs lités sont orientés 080°N avec un pendage de 72° vers le Sud et recoupés par une schistosité orientée 062°N. Ces unités volcanoclastiques se présentent sous deux faciès : 1) les tufs felsiques moyens à grossiers beiges contenant 10 % de cristaux de feldspath d'une taille de 1 à 2 mm (B, D et F) et 2) les tufs fins verts et aphanitiques (planche 2.2b).

Planche 2.2 : Édifice felsique inférieur localisé 150m sous l'horizon minéralisé.

Toujours sur cette planche, les lits de 1 à 20 cm d'épaisseur sont parfois laminés (B et E), massifs (D, F, H et J), ou avec un granoclassement normal (K et G) ou inverse (C) et ce indépendamment de leur granulométrie. Au moins un gros bloc felsique (A) à cristaux de feldspath repose en discordance sur le litage d'un tuf mal défini (B) déformé sous le poids de la charge. Les tufs à lapilli affichent un aspect plus hétéroclite et leur stratification se confond avec la schistosité. Les fragments de composition intermédiaire, dont la taille s'étend de 1 à 8 cm, sont généralement aphanitiques, sub-arrondis et une faible proportion de lapilli présente une vésicularité de 15 %. Les fragments, tout comme la matrice, affichent une légère altération en chlorite.

2.3 LES COULÉES FELSIQUES DE EAST-SULLIVAN

Les coulées felsiques de East-Sullivan marquent un changement majeur dans le régime volcanique de l'environnement immédiat de la mine East-Sullivan. La Formation de Val-d'Or passe d'une dynamique effusive principalement pyroclastique à une autre moins explosive. L'atténuation de l'intensité énergétique du volcanisme se traduit par le remplacement des unités volcanoclastiques intermédiaires de la Formation de Val-d'Or pour des coulées felsiques massives.

Les coulées felsiques de East-Sullivan se présentent sous un aspect massif très uniforme et d'un bleu foncé. Aucune coulée de quelque grosseur que ce soit n'a été différenciée sous le gisement, la construction felsique semblant monolithique. À quelques endroits dans les coulées felsiques (affleurements 97-SL-1036 et 97-SL-1037), des amygdules de quartz sont visibles. Elles mesurent en moyenne 3 mm, comptent pour moins de 1% du volume et sont presque toutes déformées plastiquement. L'étirement des amygdules forme des arrangements circulaires aléatoires qui ne suivent pas la schistosité.

À l'ouest du gisement, les unités felsiques montrent un peu plus de variété au niveau de leurs textures et sont par endroits interlitées avec des coulées intermédiaires (figure 2.1). Les coulées felsiques se présentent sous la forme de petits lobes décimétriques différenciables avec une bordure de trempe bien définie (planche 2.3a). Ces lobes, à forme de pseudo-coussins, mesurent entre 75 et 150 cm de largeur par moins de 80 cm de hauteur. Ils sont massifs, aphanitiques et sans vésicularité apparente. La bordure de trempe altérée et en relief négatif permet de séparer chacun des lobes individuels et de détailler leurs formes qui indiquent une polarité vers le Sud (planche 2.3a). Sous le niveau de petits lobes, le contact entre de gros lobes endogènes felsiques et des coulées intermédiaires est identifiable. À l'échelle de l'affleurement, les dimensions totales du lobe ne sont pas visibles; de ce fait, il mesure au moins plus de 3 m par 5 m. Le contact est très net avec les roches intermédiaires et le lobe felsique montre de nombreuses traces d'écoulement laminaire (planche 2.3b). Ces traces d'écoulement montrent des circonvolutions internes décimétriques à laminations centimétriques apparemment désordonnées (planche 2.4a). D'autres traces d'écoulement laminaire décimétrique sont visibles à l'est du gisement sur l'affleurement 97-SL-1067. Dans cet exemple, la déformation interne de la roche felsique est mise en évidence par une silicification (planche 2.4b) qui a permis de faire ressortir en haut relief la trace des structures.

Figure 2.1 : Zone d'affleurements 97-SL-1055. Des coulées intermédiaires coussinées et des brèches de coussins et de coulées à fragments vésiculaires sont interlitées avec des lobes felsiques. Les lobes felsiques sont massifs, aphanitiques et présentent des textures d'écoulement laminaire.

Planche 2.3 : Structures volcaniques des coulées felsiques massives de East-Sullivan.

Planche 2.4 : Structures d'écoulement laminaire dans les coulées felsiques massives de East-Sullivan.

L'aspect massif des laves en affleurement est confirmé par de nombreuses observations en lames minces (planche 2.5). La masse aphanitique montre une matrice quartzo-feldspathique sans texture particulière. De rares échantillons montrent des phénocristaux (planche 2.6), mais seulement sous forme de spectres résiduels. La minéralogie originale est complètement oblitérée par une légère altération siliceuse et par le métamorphisme régional. Ce manque de texture est peut-être indicateur d'une nature originelle vitreuse et non cristalline des coulées rhyolitiques de la mine East-Sullivan (Cas et Wright 1987).

Planche 2.5 : Coulées de laves felsiques massives de East-Sullivan.

Planche 2.6 : Textures à phénocristaux des coulées felsiques massives de l'affleurement 97-SL-1030 sous-jacent au gisement.

La série d'affleurements massifs, située aux environs de l'ancien chevalement de la mine, montre une faible schistosité orientée 075°N et un des rares indicateurs de déformation des environs. Cette schistosité peu développée est cependant caractéristique des environs de la mine et souligne le faible niveau de déformation qui y est associée. Une autre variation texturale est observée dans les rhyolites qui sont associées à la minéralisation (affleurement 97-SL-1080, 97-SL-1081). Ces coulées, situées à l'Est du gisement, sont affectées par une fracturation et une altération marquée qui peuvent résulter de la mise en place de la minéralisation.

La planche 2.7 montre les premières occurrences de chlorite ripidolite d'origine hydrothermale. Les autres échantillons sont sous-jacents au gisement et montrent plutôt de la pycnochlorite métamorphique. Ces variétés de chlorite sont différentiables premièrement au niveau de leur composition chimique (voir chapitre 4) et ensuite par leur texture, en grandes plages millimétriques pour la première et en grains isolés pour la seconde. Ces laves sont en général lessivées, de couleur gris blanc et farineuses en surface. Une altération d'origine métamorphique est probablement aussi présente sous l'influence du stock de East-Sullivan qui se situe à moins de 20 m. Ce métamorphisme de contact est visible sous la forme d'un picotement de biotite noire présente sur la patine d'altération.

Planche 2.7 : Coulées felsiques massives latérales au gisement.

2.4 LES COULÉES INTERMÉDIAIRES DE EAST-SULLIVAN

L'épanchement volcanique intermédiaire est constitué de coulées massives (5-10m), coussinées (<10m) et de brèches de coussins (<5m) dont l'épaisseur totale ne dépasse pas 25 mètres. Comme le montre la figure 1.4, l'ensemble des roches andésitiques couvre peu d'étendues en surface.

Malgré leur faible présence, les coulées intermédiaires interlitées avec les coulées felsiques forment l'unité basale sous la majorité du gisement (figures 2.2, 2.3 et 2.4).

Figure 2.2 : Section 3400E de la mine East-sullivan regard vers l'est.
Figure 2.3 : Section 3700E de la mine East-sullivan regard vers l'est. Modifiée de Tremblay (1994).
Figure 2.4 : Section 4000E de la mine East-sullivan regard vers l'est.

Tel que mentionné précédemment, le contact entre les laves felsiques et les laves intermédiaires est observable à un endroit (planche 2.3b) mais, dans les autres cas, les affleurements ne montrent qu'une seule lithologie. Les coulées intermédiaires de East-Sullivan sont différentiables des coulées felsiques de par leur nombreux faciès volcaniques et par la présence commune de petits phénocristaux de feldspath de moins d'un millimètre de diamètre. Sous le gisement, aux abords de la fosse, toutes les laves intermédiaires sont massives et ne présentent pas de structures observables. Outre la présence de phénocristaux, rien visuellement ne permet de les différentier des laves felsiques massives altérées. Au nord-est de la fosse, les coulées intermédiaires massives sont vert brun, homogènes et présentent une forte altération chloriteuse (affleurement 97-SL-1087). La chlorite est présente dans la roche sous forme disséminée et sous forme de veinules millimétriques noires. À certains endroits, il est possible d'estimer une densité de plusieurs dizaines de veinules au mètre, toutes étant plus ou moins orientées selon la direction 034°N. Il n'y a qu'immédiatement sous le gisement que ce type de coulées intermédiaires massives est observable.

À l'ouest de la fosse, les faciès visibles plus éloignés du gisement, mais de composition similaire, sont soit coussinés ou bréchiques. Dans le secteur du groupe d'affleurements 97-SL-1055 (figure 2.1), la première unité visible est bréchique. Les blocs sont sub-arrondis, de tailles qui s'étalent de 5 à 40 cm et quelques-uns montrent une zone de trempe. Certains fragments présentent une vésicularité de 30 %, avec des amygdules de quartz ayant jusqu'à 7 mm de diamètre (planche 2.8a). Par contre cette forte vésicularité reste exceptionnelle. La matrice est de composition similaire aux fragments, mais affiche une plus grande intensité d'altération.

Planche 2.8 : Laves intermédiaires coussinées de l'affleurement 97-SL-1055 latéral au gisement.

Toujours au même endroit, des coulées intermédiaires coussinées de couleur vert jaunâtre sont en contact direct avec un lobe felsique bleu gris (planche 2.3b). Les coussins de lave sont uniformes, en damier losangé et d'une taille moyenne de 20 cm (planche 2.8b). Quoique légèrement déformés, ces coussins sont encore massifs et n'affichent aucune vésicularité. Le niveau des laves coussinées a une épaisseur maximale de 8 m à l'ouest et de 3 m en moyenne. L'altération en carbonate est assez intense et est par endroits accompagnée de traces de sulfures donnant une couleur rose rouille à la patine d'altération.

Au centre de la zone d'affleurement, l'unité de petits coussins se transforme graduellement en brèches de coussins. Les fragments démembrés sont déformés, ont un aspect anguleux à sub-anguleux et se confondent avec la matrice par endroits. La granulométrie moyenne est moins de 15 cm et et les fragments sont sans vésicularité.

En lames minces, les unités massives à phénocristaux de feldspath montrent des textures assez bien conservées. Les phénocristaux sont des plagioclases maclés de forme idiomorphe à hypidiomorphe et sans textures de résorption. Par endroits une altération par l'assemblage carbonate-épidote est visible avec en surimposition celle de chlorite métamorphique (planche 2.9a). Lorsque la matrice est peu altérée comme sur l'échantillon 97-SL-1059-A, il est possible d'apprécier sa texture trachytique à petits plagioclases (planche 2.9b).

Planche 2.9 : Textures porphyriques des laves intermédiaires sous-jacentes à la minéralisation.

2.5 LES VOLCANOCLASTITES FELSIQUES DE EAST-SULLIVAN

En lits de dimension décimétrique à métrique avec une épaisseur totale de moins de 20 mètres, les volcanoclastites felsiques de East-Sullivan se présentent sous des granulométries allant de 1 à 70 mm. L'encaissant principal du gisement est l'unité lithologique la moins bien connue. Selon les descriptions d'observateurs disponibles (Assad 1958; Bérubé 1974; Tremblay 1994), la minéralisation est contenue dans une unité de tufs felsiques grossiers lités ayant une orientation 050-060°N et un pendage de 90° (figure 2.2). Le pendage s'incurve vers le sud en profondeur pour atteindre 65° (figure 2.4). Il n'existe que deux occurrences de matériels volcanoclastiques qui sont plus ou moins alignées stratigraphiquement avec la minéralisation de East-Sullivan, toutes deux à l'ouest du gisement.

La série d'affleurements 97-SL-1055, décrite à la section 2.4, est dominée par des coulées de composition intermédiaire alors que l'affleurement 98-SL-1102 est composé d'un mélange d'unités felsiques massives et fragmentaires. Ce dernier affleurement (figure 2.5) montre les plus beaux exemples de volcanoclastites felsiques sur le site de la mine. De nombreuses fractures recoupent l'affleurement, mais les décalages apparents sont d'ordre centimétrique seulement. Outre les fractures, l'intensité de la déformation devient faible sur cet affleurement et la schistosité est peu apparente.

Au nord-est de l'affleurement (figure 2.5), des tufs grossiers sans structure sédimentaire contiennent environ 30 % de fragments de plus d'un millimètre et près de 10 % de lapilli. Les lapilli, dont la taille s'étale de 3 à 8 cm, sont arrondis et contiennent des phénocristaux de feldspath. Il n'y a pas de vésicularité apparente.

Figure 2.5 : Lobe felsique massif entouré de brèche hyaloclastique et de matériel remanié. Affleurement 98-SL-1102.

Un lobe felsique massif recoupe l'unité de tufs grossiers porphyriques (figure 2.5). Le contact net avec les unités fragmentaires est souligné par une zone d'écoulement laminaire de 15 cm d'épaisseur. La partie centrale du lobe felsique est massive et légèrement vésiculaire. Une brèche à fragments jointifs (planche 2.10a) borde la partie Est du lobe. Cette brèche est constituée de fragments anguleux de 5 à 25 cm qui montrent de 5 à 7 % d'amygdules de quartz. Ces fragments se supportent et sont accompagnés de moins de 15 % d'une matrice grossière de composition similaire.

Planche 2.10 : Volcanoclastites felsiques de East-Sullivan.

Une série de tufs fins à grossiers, à cristaux de feldspath sub-anguleux de 1 à 3 mm et bien lités (planche 2.10) sont déposés en discordance sur la brèche à fragments jointifs. Le contact érosif entre ces deux types de dépôts est indiqué par le pointillé bleu sur la figure 2.5. Ces tufs présentent de légers granoclassements et de nombreuses structures érosives qui indiquent tous une polarité vers le Sud (S0=060°N/85°) (planche 2.11a). Les contacts érosifs nets sont très présents à la base de la séquence dans l'alternance tufs fins lités et tufs grossiers massifs, alors que le sommet en est dépourvu. Il y a 3 niveaux de tuf à lapilli à granoclassement inverse à normal interlités avec les tufs fins. Cette série de lits décrits selon la classification de turbidites de haute densité de Lowe (1982) est : (Ta) massif granoclassé, (Tb) laminations parallèles par traction et (Td) laminations parallèles par suspension. Une section stratigraphique plus détaillée des niveaux de tufs est présentée à la figure 2.6. Cette colonne stratigraphique permet de mettre en évidence l'alternance de série Ta et Td, soit de traction et de suspension dans le haut de la séquence. La base quant à elle, se caractérise par une abondance de structures érosives et par des granoclassements inverses dans les tufs à lapilli (S2). Les empreintes de charge, qui recourbent le litage et les figures d'érosion produites par des fragments retombés, montrent aussi des polarités vers le Sud (planche 2.11b). Des blocs de lave massive de dimension décimétrique sont aussi présents dans la séquence de tufs lités (planche 2.12a). Ces blocs ont un aspect et une composition similaires au lobe felsique massif qui recoupe les tufs lités. Une autre observation pertinente est la présence de fragments à sulfures dans les tufs à lapilli (planche 2.12b).

Planche 2.11 : Structures d'érosion et de remobilisation synvolcanique.

Figure 2.6 : Section stratigraphique schématique des volcanoclastites felsiques de l'affleurement 98-SL-1102. Pour la localisation voir la figure 2.5.

Planche 2.12 : Évidences de remobilisation synvolcanique.

La dernière unité distincte dans la partie sud de l'affleurement est plus grossière. C'est une série de tufs à blocs à fragments aphanitiques anguleux de 10 à 50 cm avec un faible alignement de direction similaire au litage des tufs lités. Ces blocs ont des vésicules maintenant remplies de quartz, déformées et allongées dans plusieurs directions (planche 2.13).

Planche 2.13 : Fragments vésiculaires des volcanoclastites de East-Sullivan.

Stratigraphiquement, la position de ces affleurements semble se corréler correctement avec celle occupée par les sulfures. Aucune preuve ne permet cependant de confirmer ou d'infirmer que ces lithologies sont vraiment similaires avec celle qui contenait la minéralisation. Selon son orientation, l'horizon marqueur de tufs est recoupé à moins d'un kilomètre à l'Ouest par la zone tectonique de Cadillac et à l'Est par le Pluton de East-Sullivan. Une zone de mudstones qui pourrait être l'équivalent distal des tufs a été recoupée par forage à moins d'un kilomètre à l'Ouest dans le forage 401-39 (figure 1.3). Historiquement, aucune lithologie apparentée, pouvant représenter le niveau stratigraphique de la mine East-Sullivan, n'a été identifiée à l'est du stock de East-Sullivan.

2.6 LES COULÉES MAFIQUES DE LA FORMATION DE HÉVA

La séquence stratigraphique de la mine East-Sullivan se termine par une série de laves mafiques massives et coussinées de plus de 1 km d'épaisseur. Cet ensemble de laves est recoupé au sud par la zone tectonique de Cadillac. Un seul affleurement de ces coulées à coussins décimétriques à métriques est visible aux environs de la mine East-Sullivan. Il est situé au niveau de l'ancienne mine Orcana au sud. Historiquement, le passage de l'épanchement volcanique d'une série felsique d'affinité calco-alcaline à une série mafique tholéiitique est utilisé comme marqueur pour la base de la Formation de Héva. L'autre indicateur du passage de la Formation de Val-d'Or à la Formation de Héva est la présence de l'unité de dacites sphérolitiques de Norman (Sauvé 1995). Cette unité de laves sphérolitiques a été retrouvée lors du réexamen du forage 401-40 de la propriété Airport de Aur Resources (figure 1.3) à près de 3 km à l'ouest de la mine. L'analyse lithogéochimique (voir chapitre 3) confirme la nature tholéiitique de l'intervalle de 6 mètres dans le forage. C'est la première fois que cette unité est reconnue à l'ouest du stock de East-Sullivan.

Comme dans le reste de la Formation de Héva, les laves mafiques qui surmontent la mine East-Sullivan sont recoupées par de nombreux dykes de gabbro massifs (figure 1.5). Un exemple de ces dykes est situé près de la mine East-Sullivan. C'est l'affleurement 97-SL-1007 qui forme une colline importante près de la route qui mène à la mine Orcana.

2.7 LES ROCHES INTRUSIVES DE L'ENVIRONNEMENT IMMÉDIAT AU GISEMENT

2.7.1 La Diorite porphyrique de Bourlamaque

Celle-ci se présente sous la forme d'un dyke dioritique syn-volcanique de couleur verte à phénocristaux feldspathiques très altérés (planche 2.14a). Les feldspaths verts, dispersés en amas gloméropophyriques dans une matrice elle aussi d'un vert très foncé, comptent pour près de 20 % du volume. Visible sur les deux affleurements (97-SL-1082 et 97-SL-1083) qui forment le mur sud-est de la fosse à ciel ouvert, la diorite porphyrique de Bourlamaque est aussi identifiable (Assad 1958; Tremblay 1994) à grande profondeur (figure 2.3 et 2.4). Recoupant presque le gisement en surface dans sa partie est près du stock de East-Sullivan (figure 2.3), le dyke s'éloigne vers le Sud plus en profondeur et dans les sections ouest (figure 2.2).

Les relations de recoupement entre le dyke et les unités lithologiques du gisement ainsi que la forte altération qui l'affecte indique un âge syn-volcanique pour ce dyke.

Planche 2.14 : Dykes bordant le gisement de East-Sullivan dans sa partie sud.

2.7.2 Le Stock de East-Sullivan

Ce pluton est multiphasé, concentrique et de composition monzonitique. Jusqu'à quatre faciès différents ont été reconnus avec des phases à textures trachytique et porphyrique (Taner 1996). Le Stock de East-Sullivan se démarque nettement, grâce à sa composition potassique, de toutes les autres intrusions de la région de Val-d'Or. Les faciès plus précoces ont une plus forte susceptibilité magnétique (figure 2.7) (Commission Géologique du Canada 1981; Les Relevés Géophysiques Inc. 1985; Dion 1997). Des indices minéralisés de type Cu-Mo porphyrique y ont été identifiés, de même que de nombreux cisaillements aurifères d'orientation est-ouest (Taner 1996). Des comparaisons avec des intrusions semblables, situées du côté ontarien, suggèrent que ce pluton doit être d'âge Témiscamingue (i.e. âgé de 2680 à 2685 Ma) soit tardi-tectonique.

Figure 2.7 : Levé aéromagnétique pour le feuillet 32C/04-200-102 (Mir Télédétection, 1999).

Un métamorphisme de contact intense affecte les rhyolites sur les 5 premiers mètres de la bordure du stock de East-Sullivan. Le pluton est aussi responsable d'une plus grande zone d'influence métamorphique dans un rayon d'environ 500 m sur son pourtour. Ce métamorphisme de contact plus faible est caractérisé par de la biotite métamorphique qui se présente sous l'aspect de bandes plus ou moins bien définies qui suivent la schistosité. Le pluton est aussi responsable de la dévolatilisation de l'ensemble des roches dans le même rayon. Les altérations carbonatées sont presque complètement absentes; la majorité ont été remplacées par un assemblage d'épidote clinozoïsite.

2.7.3 Le dyke porphyrique à feldspath de East-Sullivan

Ce dyke discordant est porphyrique à phénocristaux de feldspath potassique rose dans une matrice microcristalline grise (planche 2.14b). Les phénocristaux, d'une taille moyenne de 6 mm comptent pour près de 30 % du volume total de la roche. Daté à 2684 +/-1 Ma par Pilote et al. (1999a), il semble contemporain à la mise en place du stock de East-Sullivan. Le dyke borde la partie sud-ouest du gisement dans les niveaux supérieurs (figure 2.2).

Faiblement altéré et très massif, l'affleurement 97-SL-1061 est le plus représentatif de ce type d'intrusion porphyrique à feldspath de East-Sullivan. C'est d'ailleurs sur ce dernier qu'à été effectué l'échantillonnage de matériel pour la datation. Une partie plus altérée du dyke est aussi visible à la série d'affleurements 97-SL-1055 (figure 2.1). Par contre les relations stratigraphiques entre les unités volcaniques et le porphyre n'y sont cependant pas visibles.

Ce dyke a aussi une forte ressemblance avec une série de dykes très courants dans la région de la mine Akasaba. C'est d'ailleurs les deux seules localités dans la Formation de Val-d'Or où des dykes à gros phénocristaux de feldspath sont visibles. Situé sensiblement au même niveau stratigraphique, il se pourrait que les deux familles soient apparentées.

Suivre avec le chapitre 3
Retour à la table des matières